BCPST2 – Thermodynamique – Calcul du travail lors d’une transformation adiabatique

Cet exercice est assez classique. Il s’agit d’appliquer le premier principe de la thermodynamique afin de déterminer le travail lors d’une transformation adiabatique.

Énoncé de l’exercice

– Travail lors d’une transformation adiabatique –


Une masse de $m=1~000~\mbox{g}$ d’air, assimilé à un gaz parfait diatomique, subit une compression adiabatique faisant passer sa température de $T_1=293~\mbox{K}$ à $T_2=333~\mbox{K}$.

Exprimer le travail nécessaire à la compression. On donne $C_{v_m}=\displaystyle \frac{5}{2}R$, $R=8{,}314~\mbox{J}\cdot \mbox{K}^{-1}\cdot \mbox{mol}^{-1}$.

Données : $M_\mathrm{O}=16{,}0~\mbox{g}\cdot \mbox{mol}^{-1}$, $M_\mathrm{N}=14{,}0~\mbox{g}\cdot \mbox{mol}^{-1}$


Corrigé de l’exercice

– Travail lors d’une transformation adiabatique –

fleches
Pour accéder gratuitement au corrigé détaillé de l'exercice ci-dessus, cliquez ici.
Tous droits réservés
Ne pas vendre, ne pas céder, ne pas diffuser et ne pas copier cette correction sans autorisation.

Vous êtes enseignant et vous êtes intéressé par cette correction, contactez-moi.

Le système étudié $\mathcal{S}$ est la masse $m$ d’air, assimilé à un gaz parfait diatomique. Ce dernier est délimité par la paroi $\Sigma$ qui le sépare donc du milieu extérieur.

Le figure suivante schématise la transformation subie par le système $\mathcal{S}$ passant de l’état initial $(1)$ à l’état final $(2)$ :

sos-mp.fr - BCPST2 - Thermodynamique - Calcul du travail lors d'une transformation adiabatique - Ex1 - schéma1

Caractérisons les états d’équilibre initial et final.

État initial

L’état d’équilibre initial est caractérisé par les variables $T_1$ et $n_1$ telles que

  • $T_1=293~\mbox{K}$
  • $\displaystyle n_1=\frac{m}{M_{\mathrm{air}}}\qquad$ avec $m$ la masse d’air et $M_{\mathrm{air}}$ la masse molaire de l’air.

En considérant l’air simplement constitué de $80~\%$ de diazote $\mathrm{N}_2$ et $20~\%$ de dioxygène $\mathrm{O}_2$, nous avons

$$\begin{eqnarray} M_{\mathrm{air}}&=&0{,}8M(\mathrm{N}_ 2)+0{,}2M(\mathrm{O}_2) \nonumber \\ &=& 0{,}8\times 2\times M_\mathrm{N}+0{,}2\times 2 \times M_\mathrm{O}\nonumber \\ &=& 1{,}6 \times 14{,}0+0{,4}\times 16{,}0\nonumber \\ &=&28{,}8 \nonumber \end{eqnarray}$$

Soit $M_{\mathrm{air}}=28{,}8~\mathrm{g}\cdot\mathrm{mol}^{-1}$.

D’où $\displaystyle n_1=\frac{m}{M_{\mathrm{air}}}=\frac{1000}{28{,}8}=34{,}7\quad $ soit $\quad n_1=34{,}7~\mathrm{mol}$.

État final

L’état d’équilibre final est caractérisé par les variables $T_2$ et $n_2$ telles que

  • $T_2=333~\mbox{K}$
  • $\displaystyle n_2=n_1=34{,}7~\mathrm{mol}$ puisque le système est fermé (et n’échange donc pas de matière avec le milieu extérieur).
Expression du travail

Le travail nécessaire à  la compression est en fait le travail reçu par le système au cours de cette transformation. Le premier réflexe est de partir de l’expression du travail reçu par le système au cours d’une transformation infinitésimale

$$\delta W=-P_\mathrm{ext}dV$$

puis d’exprimer le travail reçue par le système au cours de la transformation finie $1 \rightarrow$ 2 par intégration de l’expression précédente :

$$W=\int_{1}^{2}\delta W=-\int_{V_1}^{V_2}P_\mathrm{ext}dV$$

Or, ne connaissant pas l’expression de $P_\mathrm{ext}$ en fonction de $V$, cette voie ne peut aboutir.

De ce fait, nous utiliserons le premier principe de la thermodynamique qui, rappelons-le, nous dit que pour un système fermé macroscopiquement au repos, la variation d’énergie interne $U$ du système s’écrit

$$\Delta U= W+Q$$

où $W$ et $Q$ sont respectivement le travail et le transfert thermique algébriquement reçu par le système.

Puisque la transformation étudiée est adiabatique (aucun transfert thermique n’est possible à travers la frontière $\Sigma$ entre le système et le milieu extérieur), nous avons

$Q=0$

Ainsi, le premier principe nous permet d’exprimer le travail reçu par le système sous la forme

$$W=\Delta U$$

L’air étant assimilé à un gaz parfait, sa variation d’énergie interne pour une transformation élémentaire s’écrit

$\mathrm{d}U=C_v\mathrm{d}T$

avec $C_v$ la capacité thermique à volume constant.

Puisque $C_v=\mathrm{cste}$, on obtient, par intégration, la variation d’énergie interne du système au cours de la transformation finie $1 \rightarrow$ 2 :

$$\Delta U=\int_1^2 \mathrm{d}U=\int_{T_1}^{T_2}C_v\mathrm{d}T=C_v\int_{T_1}^{T_2}\mathrm{d}T$$

soit

$$\Delta U=C_v(T_2-T_1)$$

et donc

$$W=\Delta U=C_v(T_2-T_1)$$

Il nous reste plus qu’à exprimer $C_v$ à l’aide des données.

Or, nous avons par définition, $\displaystyle C_{v_m}=\frac{C_v}{n}$, soit $C_v=nC_{v_m}$. D’où

$$W=nC_{v_m}(T_2-T_1)$$

avec $\displaystyle n=n_1=n_2=\frac{m}{M_\mathrm{air}}$ le nombre de mole du système (déterminé plus haut).

D’où finalement, puisque $\displaystyle C_{v_m}=\frac{5}{2}R$, nous obtenons l’expression du travail nécessaire à la compression :

$$\boxed{W=\frac{5}{2}\frac{m}{M_\mathrm{air}}R(T_2-T_1)}$$

A.N. : $\displaystyle W=\frac{5}{2}\frac{m}{M_\mathrm{air}}R(T_2-T_1)=\frac{5\times 1000\times 8{,}314}{2\times 28{,}8}(333-293)=28868$.

Soit $W=28{,9}~\mathrm{kJ}$.


Si besoin, consultez les cours de BCPST1 de M Nicolas Clatin sur :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.